La sodomie et les pénétrations anales : quelles sont les conséquences sur la santé ?

La sodomie et les pénétrations anales sont des rapports sexuels qui consistent en une pénétration de tout autre partie du corps, généralement l’anus du ou de la partenaire avec le pénis ou à l’aide d’un objet remplaçant le pénis, comme un godemichet. Ces pratiques n’ont-elles pas des conséquences néfastes sur la santé ? Quels sont les risques courus en s’adonnant à ces pratiques ? L'article que voici, saura bien vous répondre.

Les micro déchirures, les saignements ou les fissures anales

La pratique consentie de la sodomie n’a aucune conséquence délétère. Pour avoir plus d’informations, allez sur ce site internet. Mais cela n’empêche pas que des précautions soient prises. L’anus étant une zone érogène, une pénétration anale trop brutale, sans lubrifiant ou avec un objet d’un diamètre important sera douloureuse à cause de la distension de l’anus. Ainsi, cette pénétration provoquera des micro déchirures, des saignements ou des fissures anales. Raison pour laquelle, il faut procéder à l’intromission avec délicatesse sans oublier de faire usage de lubrifiants. Un anus contracté, un manque de stimulation de l’anus ou un blocage psychologique dans l’acceptation de la sodomie pourrait être aussi la base des déchirures lors des pénétrations anales.

Le cancer de l’anus, la syphilis, la gonococcie, la chlamydiose et le VIH/SIDA

Le cancer de l’anus apparaît très souvent chez les femmes que chez les hommes avec un taux d’incidence plus élevé chez les hommes noirs. Cela s’explique surtout par des pratiques sexuelles adoptées par certaines personnes. En effet, le risque de cancer de l’anus augmente en fonction de certaines activités sexuelles qui sont entre autres les relations sexuelles anales passives autrement dit les pénétrations anales et le fait d’avoir plusieurs partenaires sexuels. Vu que la muqueuse de rectum est fragile et poreuse aux virus et bactéries, elle est favorable aux échanges de maladies sexuellement transmissibles telles que la syphilis qui commence par une lésion indolore, la gonococcie qui peut entrainer la stérilité, la chlamydiose qui peut être asymptomatique et au VIH/SIDA. De ce fait, évitez les pénétrations anales sans préservatif avec une personne dont vous ignorez le statut. Même avec un préservatif, vous devriez utiliser un gel lubrifiant afin de faciliter la pénétration et d’éviter une rupture du préservatif.